Pascal Couté
DE L’INHUMAIN CHEZ
STEVEN SPIELBERG

Cinéaste éclectique, passant sans difficulté d’un genre à l’autre, Steven Spielberg a trop souvent la réputation d’un réalisateur de grand talent mais aux idées simples, voire pauvres. Or, un examen un tant soit peu attentif de ses films révèle une véritable profondeur de pensée. Humaniste convaincu, Spielberg n’en reste pas moins obsédé par l’inhumain mais révèle un optimisme teinté de pessimisme, une lumière voilée par les ténèbres. L’étude d’un corpus circonscrit permet de mettre au jour une éthique et une métaphysique nuancées : loin de tout dogmatisme, l’humanisme spielbergien veut croire en l’homme, tout en étant lucide sur la
difficulté d’une réconciliation de ce dernier avec lui-même et avec le monde.

Pascal Couté est agrégé de Philosophie, et Docteur en Etudes Cinématographiques. Il enseigne le cinéma à l’université de Caen Normandie. Il est l’auteur d’articles sur David Cronenberg, George Romero, Jean-Luc Godard, David Lynch, Pedro Almodovar, Michael Cimino, Jim Jarmusch, Bruce Lee, Jacques Tourneur, Terrence Malick, John Cassavetes, James Gray, Steven Spielberg. Par ailleurs, il est le co-auteur (avec Vincent Amiel) de Formes et obsessions du cinéma américain contemporain (Klincksieck Etudes, 2003).

ISBN : 979-10-94898-65-9
125 x 210 mm
380 pages
25 €

Commander